Articles

Limiter le réchauffement est-ce bien possible ?

Image
L'humanité doit aujourd'hui prendre en main sa destinée. L'enjeu est fort, si l'on ne veut pas que la civilisation s'éteigne dans la cuisson et l'étouffement d'ici la fin de ce siècle. L'Homme a abusé des biens que la nature lui mettait à disposition. L'Homme n'a pas anticipé par cupidité, par égoïsme, par mépris de son environnement et de ses pairs, les risques qu'il encourait sur un terme qui pourtant aurait dû lui paraître évident. Les quelques voix qui se sont élevées depuis le début de la prétendue ère del'anthropocène, celle de l'influence de l'homme sur l'accélération de la détérioration de son milieu, n'ont pas eu l'impact essentiel à la réflexion d'un futur en harmonie avec un développement cohérent. Alors aujourd'hui, il faut prendre les bonnes options, les décisions qui doivent permettre de limiter les dégâts face à une douloureuse réalité. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, ce qui va évidemm…

Réchauffement climatique et nappes phréatiques

Image
Pour que l’humain puisse vivre sur la planète, il y a deux composantes primordiales nécessaires: l’air pour respirer et l’eau pour s’hydrater. Ensuite, bien sûr, il faut le sol pour la culture et se nourrir, la lumière et la température pour faire pousser et développer l’environnement animal et végétal. Au final, suite à ces considérations basiques, il faut un milieu équilibré pour garantir la viabilité de notre écosystème. Il s’avère donc que la vie ne peut se développer sans eau quelle qu’en soit sa forme, l’eau est à l’origine de toute source de vie. EnBresse bourguignonne, dans les campagnes et dans les villes, les nappes phréatiques alimentent traditionnellement les puits et les sources en eau potable, donc propre à la consommation.
Aujourd’hui, cette source d’alimentation pourrait être compromise par le réchauffement climatique et, son impact mérite d’être pris en considération dès maintenant. Au début de l'année 2018, leBureau de recherches géologiques et minières (BRGM) signal…

Les nuages: un rôle qu'il ne faut pas sous-estimer !

Image
Ces dernières années, les chercheurs ont démontré que les nuages sont une des principales variables dans le système climatologique de la Terre. Le climat est très sensible à de petits  changements nuageux (~10 à 30 %). Cette sensitivité est très importante quand on essaie de comprendre les effets de l'activité humaine sur l'environnement, et les répercussions en découlant sur le climat terrestre. Selon l'effet de ces changements, la formation des nuages peut en être affectée, et leur action sur notre climat peut être modifiée.
Dans la très sérieuse revue Futura Planète, Yves Fouquart enseignant Chercheur Physique explique clairement quelques aspects sur le rôle des nuages et leur influence sur notre écosystème.
"Les nuages jouent un rôle de tout premier plan dans le système climatique. En premier lieu, c'est bien grâce à eux qu'il y a des précipitations mais leur influence sur le rayonnement est considérable. Ils influencent à la fois le rayonnement solaire et le…

Pourquoi la fonte du glacier Thwaites inquiète les scientifiques

Image
Depuis le début de cette deuxième décade de l'an 2000, apparaissent très nettement les stigmates d'un dérèglement climatique précoce. Notre planète nous le fait comprendre, même nous le crie depuis des décennies : "Attention, je m'épuise, mes ressources ne sont pas infinies, vos rejets ne seront bientôt plus absorbés, vous n'allez plus pouvoir respirer, boire de mon eau, vous exposer au soleil, supporter une chaleur croissante ainsi que des aléas climatiques de plus en plus extrêmes ... Moi je survivrai encore pour un bout de temps, mais vous, vos jours sont comptés et si vous passez ce siècle, c'est que vous aurez compris l'importance des actions immédiates qu'il faut engager pour votre survie". Les glaciers sont autant de repères, de signes qu'il faut appréhender pour comprendre la dégradation du climat. Ils se disloquent, fondent à une allure disproportionnée et sont donc d'importants témoignages des risques que nous sommes sur le point d&…

Le capitalisme vert utilise Greta Thunberg

Image
Depuis environ cinq mois, une jeune Suédoise de 16 ans, autiste Asperger, se retrouve sous les projecteurs médiatiques du monde entier. Elle fait la « grève de l’école » pour se faire entendre et son combat est juste. Il s’agit pour elle de passer un message aux milliardaires, aux décideurs politiques, que ce soit à la COP24 en Pologne ou dernièrement à Davos afin qu’ils respectent leurs engagements sur le climat. Son dernier discours a ému quasiment tous les militants écologistes de la planète :
" Je ne veux pas que vous soyez désespérés, je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur qui m’habite chaque jour et que vous agissiez, comme s’il y avait le feu, parce que c’est le cas. […] Il y a encore une petite chance de stopper les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter des souffrances pour une grande partie de la population de la planète. " ...
Cliquez ici pour découvrir cet article
Cliquez ici pour la vidéo
Qu'est-ce qu'un autiste Asperger ?







Comprendre l'urgence climatique

Image
NOTRE SYSTÈME CLIMATIQUE
Notre système climatique repose sur un équilibre très fragile. Cet équilibre est mis en danger par les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines.
LE SYSTÈME CLIMATIQUE La Terre est entourée d’une très mince enveloppe gazeuse : l’atmosphère, qui est composée principalement d’azote (78 %) et d’oxygène (21 %). La surface de la Terre est quant à elle recouverte à 70 % par les océans, les 30 % de terres émergées restantes étant très inégalement réparties... Cliquez ici pour découvrir cet article


Les colonisateurs européens ont tué tellement d'Amérindiens qu'ils ont changé le climat mondial, selon des chercheurs

Image
Par Lauren Kent, CNN

Une nouvelle étude révèle que lorsque les Européens sont arrivés sur le continent  américain, ils ont causé tant de morts et de maladies, que cela eut pour conséquence de changer le climat mondial.
Les colons européens ont tué 56 millions d'Autochtones en un siècle, en Amérique du Sud, Centrale et du Nord, provoquant l'abandon et la reforestation de vastes étendues de terres agricoles, selon des chercheurs de l'University College London, ou UCL. L'augmentation des arbres et de la végétation sur une région de la taille de la France a entraîné une diminution massive du dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, selon l'étude. Les chercheurs ont découvert que les niveaux de carbone avaient suffisamment changé pour refroidir la Terre d’ici 1610. Christophe Colomb est arrivé en 1492. "Le CO2 et le climat avaient été relativement stables jusqu'à présent", a déclaré Mark Maslin, professeur de géographie à l'UCL, l'un des co-aute…